La règle des « 5B »

Les codes à barres permettent d’éviter les erreurs d'administration de traitement : la règle des « 5B »
 Le fil conducteur de la sécurisation de l’administration médicamenteuse repose sur la règle des 5 B. Ils représentent des objectifs à atteindre, pour lesquels des stratégies sont définies et mises en œuvre. Cette règle évolutive est un outil pédagogique de prévention, qui doit guider chaque action réalisée lors de l’administration des médicaments. L’une des conditions de réussite de la mise en œuvre de cette règle, consiste à limiter les interruptions dans les tâches réalisées par les infirmières.

Le bon patient

S’assurer que le bon médicament va être administré au bon patient :

  • vérifier l’identité du patient lors de chaque administration
  • connaître la procédure en vigueur dans votre établissement en cas d’homonymie
  • utiliser 2 identifiants
  • si l’état du patient le permet, lui demander de se présenter (ses nom, prénom et date de naissance)
  • si l’état du patient ne le permet pas, d’autres moyens peuvent être utilisés, comme le bracelet d’identification, la photo dans certains secteurs, etc

Scanner les codes barres sur les bracelets des patients en utilisant des terminaux portables permet d'identifier le bon patient. Les bracelets codes à barres donnés au point d'admission sont essentiels dans le suivi du traitement des patients à l'hôpital.

Le bon médicament

S’assurer de donner au bon patient, le médicament prescrit.

  • la prescription doit être rédigée pour le bon patient ; elle est lisible et conforme aux exigences réglementaires.
  • prendre le temps de lire de façon attentive l’étiquette, notamment lors des 3 vérifications successives :
  • au moment de la collecte du médicament dans le stock du service (armoire, chariot, etc.),
  • au moment de la préparation (reconstitution, pilulier),
  • et juste avant de donner le médicament au patient dans sa chambre.

Scanner l'étiquette code à barres sur les médicaments prescrits à un patient permet un traitement précis. Dans de nombreux cas, l'identité de l'infirmière en charge de l'administration est également enregistrée pour vérifier l'autorité de l'infirmière à distribuer le médicament. Cela permet d'éviter de mauvaises administrations médicamenteuses à un patient.

La bonne dose

S’assurer d’administrer la bonne concentration, dilution, dose du médicament prescrit.

  • vérifier les calculs de dose réalisés et si besoin faire vérifier par un autre professionnel. L’infirmier(ère) doit connaître les doses « habituelles » des médicaments.
  • questionner le prescripteur ou le pharmacien lorsque la dose prescrite diffère de la posologie habituelle.
  • la dose prescrite est adaptée au patient (enfant, personne âgée, insuffisant rénal, etc.).
  • une attention particulière est portée lors des calculs de dose et de dilution.
  • faire une double vérification en cas de doute sur les calculs et systématiquement pour certains médicaments considérés à risque et certains secteurs.

Administrer la bonne dose aux patients est plus complexe que d'assurer l'administration du bon médicament. La dose de médicament administrée est susceptible de varier (au moins en petite quantité) au cours de la période de traitement. L'enregistrement des données à l'aide de codes à barres peut aider à maintenir la cohérence de la dose administrée. Cela permet d'éviter d'autres complications et les effets secondaires des médicaments en réduisant surdosage.

La bonne voie

S’assurer d’utiliser la voie prescrite.

  • s’assurer que la voie est appropriée et sécurisée
  • les abréviations sont connues et formalisées dans une fiche d’instruction
  • demander confirmation pour certaines voies très à risque

Une bonne méthode d'administration signifie administrer le médicament prescrit en utilisant la bonne méthode tels que des pilules, de sirop ou de médicaments par voie intraveineuse. Ceci peut également inclure des instructions spéciales telles que la prise de médicaments avec de la nourriture ou d'autres suppléments. L'utilisation des codes à barres aidera à réduire les erreurs évitables qui pourraient se produire lorsque l'information n'est pas bien partagée et coordonnée.

Le bon moment

Certains médicaments sont administrés à certaines heures et fréquences spécifiques.
S’assurer que l’administration est réalisée au bon moment :

  • selon les besoins du patient et tenter de concilier « son bon moment » avec les contraintes liées au traitement
  • selon les contraintes pharmacocinétique propres à chaque médicament

L'intervalle de temps entre chaque prise est essentiel dans le traitement. Surtout, quand il s'agit d'une situation où un médicament non administré ou trop tardivement doit suivre. Dans de telles situations, la technologie de code à barres permettra de maintenir la cohérence en ayant l'information exacte.